Projet UTZ : Partnership cocoa and climate change in Cote d’Ivoire

Projet UTZ : Partnership cocoa and climate change in Cote d’Ivoire

Résumé du projet

L'engagement du secteur privé dans les programmes de développement durable a pris de l'ampleur sur le changement climatique et la déforestation en Côte d'Ivoire. Cet engagement s'harmonise pleinement avec les priorités, la vision et les stratégies du gouvernement. Pour les industries du cacao, les engagements financiers en matière de déforestation visent à renforcer la capacité des parties prenantes à réduire la déforestation.

C'est le cas de UTZ, qui s'est focalisé au cours des dernières années sur et au-delà de la certification afin de répondre aux questions de la durabilité et s'est engagé à travailler avec les organisations locales pour élaborer des politiques et des stratégies qui soutiennent au mieux les petits producteurs de cacao (hommes, femmes et jeunes) à s'adapter au changement climatique. Ainsi dans le cadre de son programme de partenariats sectoriels intitulé « UTZ SECTOR PARTNERSHIP », UTZ a mis sur pied un projet dénommé « Partnership Cocoa and Climate Change in Côte d’Ivoire ».

Ce projet vise à renforcer les capacités, encourager et engager les petits exploitants, les producteurs de cacao et les groupes vulnérables à mettre en œuvre des pratiques d'adaptation au changement climatique, de gestion des ressources naturelles et de protection des forêts.

En plus de cet objectif principal, le projet atteindra également les objectifs spécifiques suivants:

  • Soutenir les communautés et les producteurs (y compris les jeunes et les femmes) dans la planification et la gestion durable des paysages ;
  • Engager / impliquer les parties prenantes ciblées (communauté, entreprises, producteurs, gouvernement, Organisations de la Société Civile) dans le développement et la promotion du code forestier et de ses textes d'application (en particulier la propriété des arbres).

Les bénéficiaires de ce projet sont:

  1. les producteurs de cacao et leurs communautés seront : a) équipés pour la planification et la gestion durable de leurs terres, b) sensibilisés et informés sur le code forestier et ses textes d'application et c) formés sur les meilleures pratiques résilientes au changement climatique ;
  2. le gouvernement qui  :
    a) sera aidé dans ses efforts de réduction de la déforestation dans le secteur du cacao pour atteindre les objectifs REDD + et INDC afin d’accéder aux financements REDD +,
    b) pourra attirer et encourager les investissements existants avec les industries cacaoyères intéressées à respecter les engagements de durabilité et c) pourra améliorer les moyens de subsistance des petits exploitants et avoir un impact positif sur l'environnement. Pour le Ministère des Eaux et Forêts, ce projet permettra une bonne compréhension et mise en œuvre des textes d'application par les communautés et les producteurs.
  3. Les Exportateurs seront mieux informés sur les risques de déforestation et les actions à mener.
  4. Organisations de la société civile
    La zone du projet est la région de Cavally, qui abrite environ 2/3 de la superficie du Parc National de Taï, et le projet sera mis en œuvre par l'ONG IMPACTUM en partenariat avec des organisations pertinentes.

Afin d'atteindre l'objectif principal, ce projet :

  •  développera un plan de gestion et de planification du paysage (au niveau communautaire) pour aborder la question de la durabilité des terres et la lutte contre la déforestation autour du Parc National de Taï ;
  • participera à la formation et la sensibilisation des communautés locales et des producteurs de cacao sur le nouveau code forestier et ses textes d'application (en particulier sur la propriété des arbres). Une coalition de plaidoyer avec l'administration forestière pour l'application des textes du code forestier, regroupant les organisations de la société civile et du privé (industriels du bois et du cacao) sera mise en place dans ce sens ;
  • contribuera à l’élaboration deux (2) plans locaux d'utilisation durable des sols, afin de renforcer les capacités de résilience des communautés et des producteurs de cacao au changement climatique.

 


Print   Email